Portrait : Éléonore, violoniste

© Gaétan Vernier

Peux-tu te présenter ainsi que nous préciser ton parcours ?

Je m’appelle Éléonore et j’ai 21 ans. Cela fait maintenant seize ans que je pratique le violon. J’ai commencé cet instrument au conservatoire de Savigny-sur-Orge, où j’ai obtenu un C.E.M. Depuis,quatre ans, je suis inscrite dans le conservatoire du 10e arrondissement et je prépare l’entrée en cycle spécialisée que je vais tenter cette année. J’aimerais obtenir mon D.E.M. de violon puis le D.E. après ma licence de Musique et Musicologie. Je souhaiterais enseigner ma passion au sein de structures éducatives puis intégrer un orchestre professionnel.


Pourquoi as-tu choisi le violon ?

La première fois que j’ai été mise en contact avec le violon, c’était lors d’un atelier d’éveil musical où l’intervenante était violoniste. Dès l’instant où j’ai entendu le son de l’instrument, j’ai absolument voulu en jouer.


Tu évoquais tout à l’heure ton souhait de transmettre ta passion du violon. Que penses-tu des événements organisés par le COSU qui, justement, mettent au cœur de leur démarche la médiation et la création de lien avec le public ?

J’aime beaucoup ces événements dont je trouve la démarche cohérente. Lors des concerts participatifs, les enfants peuvent chanter aux côtés de l’orchestre, ce qui correspond bien à une démarche de sensibilisation à la musique classique. Lors des répétitions ouvertes de l’orchestre, les enfants ont même l’opportunité de prendre la place du chef d’orchestre pour tenter de nous diriger. Les pauses-musique sont intéressantes en ce qu’elles ont lieu en bibliothèque et qu’elles permettent à des étudiantes et étudiants d’autres cursus d’entendre une musique à laquelle ils ne sont pas nécessairement habitués.


Que penses-tu du programme du concert Shakespeare Romantique ? Comment l’appréhendes-tu ?

C’est un programme assez difficile qui nous permet de nous améliorer tant au niveau de la technique de notre instrument que de la cohésion avec les autres pupitres. Cette difficulté suggère que nous soyons plus à l’écoute les uns des autres.


Y-a-t-il une œuvre que tu as particulièrement apprécié jouer cette saison ?

Oui, la Symphonie n°3 « Eroica » de Beethoven.


Quelles sont les trois œuvres que tu aimerais jouer ?

Titan de Mahler, la Symphonie n°7 de Beethoven et la Symphonie n°41 de Mozart.