Portrait : Xavier, corniste

Xavier est un des cornistes de l’Orchestre Sorbonne Universités. Il participera aux deux concerts Climats des mardi 14 et vendredi 17 mars.

© Léo Andrés

Quel est ton parcours universitaire et musical ?

Ma mère étant professeur de solfège, elle m’a encouragé très jeune à faire de la musique. J’ai commencé à 5 ans par de l’éveil musical. J’ai pu tester différents instruments : l’alto, la harpe, le violon, mais c’est le cor qui m’a le plus plu. J’ai par la suite pris l’option CHAM* au lycée. J’y ai rencontré des jeunes qui voulaient se lancer dans une carrière musicale et qui m’ont transmis cette envie. C’est donc en seconde que je me suis décidé à m’investir dans la musique et le cor.
Aujourd’hui, je suis en deuxième année de licence de Musique et musicologie à l’Université Paris-Sorbonne. J’ai souhaité me consacrer entièrement à la musique juste après le lycée, et quand j’ai remarqué que ça n’allait pas aboutir, je me suis dit qu’il valait mieux aller sur les bancs universitaires et m’assurer un diplôme. Cette formation me plaît beaucoup. C’est surtout de la théorie, mais j’acquiers la pratique grâce au COSU et à mes cours au CRR** d’Aubervilliers.

Depuis combien de temps joues-tu au sein du COSU et que peux-tu nous en dire ?

Depuis l’année dernière, en première année de licence, soit mon entrée à l’université. Ça m’apporte beaucoup sur le plan du travail d’orchestre. Les chefs sont très impressionnants. Nous jouons des programmes avec des esthétiques nouvelles à chaque fois et je peux me consacrer à des œuvres que je n’avais encore jamais jouées. Je progresse depuis l’année dernière grâce au COSU.

Que peux-tu nous dire sur le programme Climats ?

La Pastorale de Beethoven est une des pièces phares du concert, c’est aussi ma préférée du programme. Ça va être fabuleux. Pour mon instrument c’est très intéressant. Je vais faire le premier cor sur cette œuvre, et j’en suis fier. Je vais devoir assurer quelques solos. Cette expérience va vraiment me permettre de progresser.
La pièce contemporaine de Marc Battier est difficile techniquement pour les cors avec une tessiture très aigüe que l’on aborde rarement. Bien qu’il faille être capable de tout jouer, c’est difficile. Il y a aussi de nombreuses dissonances auxquelles il faut s’habituer. C’est un style que je découvre mais il est important de tout essayer musicalement.

Quel est ton compositeur ou ton œuvre préféré.e?

J’écoute beaucoup de musique, je n’ai pas de style préféré. Mais pour la musique symphonique, j’aime beaucoup la musique américaine avec des compositeurs tels que Bernstein et Gershwin, et tout particulièrement West Side Story. Ce n’est pas une œuvre facile, mais j’aime la jouer au cor.

Comment vois-tu ton avenir professionnel ?
Je n’ai pas encore d’idée précise. Au départ, je voulais devenir musicien d’orchestre. J’essaye de vivre au jour le jour. Il me reste une dernière année de licence pour y réfléchir. Si je continue mes études, c’est pour voir une autre approche du milieu de la musique, faire de la régie ou de la médiation par exemple. L’enseignement m’intéresse aussi. J’étudie toutes ces possibilités.


* Classes à horaires aménagés musicales
** Conservatoire à Rayonnement Régional

Concerts Climats

Mardi 14 mars 2017 | Auditorium du Centre Clignancourt
Vendredi 17 mars 2017 | Grand Amphithéâtre de la Sorbonne

En savoir plus