Portrait : Pierre, violoncelliste

Pierre est un des violoncellistes de l’Orchestre Sorbonne Universités. Il nous parle ici de son parcours, du COSU et du prochain concert Saint-Saëns | Martin | Brahms | Franck qui aura lieu mercredi 13 avril en la Basilique Sainte-Clotilde.

Comment as-tu choisi le violoncelle ?

Mon grand-père était violoncelliste, j’ai donc été habitué au son de cet instrument très jeune. Quand mes parents m’ont proposé de commencer à jouer de la musique, le choix du violoncelle m’est venu immédiatement.

Pourquoi as-tu souhaité intégrer le COSU ?

Depuis quelques années, je me suis surtout consacré à la musique actuelle dans le cadre de la composition à l’image ou pour des groupes de musique électronique et rock. Le COSU me permet de retrouver le répertoire classique et l’expérience d’orchestre.

Quelle œuvre te plaît le plus dans le programme de ce concert ?

J’aime beaucoup les deux pièces de Brahms que nous avons travaillées mais je suis surtout très heureux d’avoir découvert Rébecca de Franck.

Qu’apprécies-tu en général dans la pratique orchestrale ?

Les sensations au cœur de l’orchestre sont très différentes de celles éprouvées dans le public. La musique est ressentie physiquement et de manière plus intense. L’effet est encore plus marqué pour le pupitre des violoncelles, entouré par les contrebasses, les timbales et les trombones.

Quel type de répertoire pour violoncelle travailles-tu en ce moment ?

Je reviens très régulièrement aux suites de Bach et je reprends depuis peu la partition du Concerto pour violoncelle n°1 de Kabalevski.

Qu’envisages-tu pour l’avenir ?

Je travaille de plus en plus pour de la création de musique de publicité et j’aimerais profiter de cette expérience pour pouvoir commencer à m’occuper de bandes-son de films et de documentaires dans les prochaines années.

Entretien réalisé par Héléna Delmas-Pastor et Violette Viannay
(stagiaires Master Gestion et Administration de la Musique)

©
Léo Andrés