Portrait : Clément, basse

© Léo Andrés

Quel est ton parcours universitaire et musical ?
Je viens de Perpignan, proche de l’Espagne, d’où mes origines. Dès mon enfance, j’ai été attiré par toutes sortes de musiques. Je suis entré au conservatoire à l’âge de 6 ans pour apprendre le solfège et la guitare. C’est en travaillant avec le directeur, Daniel Tosi, que j’ai commencé à adorer le chant et à ressentir de grandes émotions en faisant partie d’une chorale, par exemple en montant sur scène pour interpréter La Traviata. En ce qui concerne mon parcours scolaire, mon attirance pour l’Espagne m’a amené à passer un double Bac Français-Espagnol. J’espère dans cette continuité partir en Erasmus à Barcelone en deuxième année de Musicologie.

Pourquoi as-tu décidé d’intégrer le COSU ?
Par hasard. J’ai reçu un appel d’Emilia, Chargée de production, qui m’a proposé d’auditionner. J’y suis donc allé et j’ai été sélectionné par Ariel. Je me suis rendu compte par la suite de l’importante organisation que représentait le Choeur et c’était intéressant pour mon expérience d’en faire partie.

Quelle est ton oeuvre préférée dans ce programme ?
Le Stabat Mater de Poulenc ! Peu importe la croyance de chacun, la musique sacrée est souvent magnifique et je trouve le Stabat Mater très puissant. Cette musique va droit au but. Elle est provocante, humoristique mais en même temps très grave et austère.

Et dans toute la saison ?
Le programme Shakespeare in songs m’a vraiment plu, en particulier car il met en lumière les visions de différents compositeurs sur les textes de Shakespeare. Les Songs of Ariel from Shakespeare’s Tempest de Frank Martin permettent aussi de travailler beaucoup sur les ambiances.

Quelle a été l’expérience la plus enrichissante que tu aies vécu cette année avec le COSU ?
Nous avons fait un voyage passionnant à Abu Dhabi en novembre 2016. Des liens se sont créés et renforcés, notamment avec notre chef de choeur, Ariel Alonso, et l’équipe de production. Nous avons été reçus comme des rois et nous avons pu profiter ensemble de ce moment. Je pense qu’on a tous un très bon souvenir de ce voyage !

Le COSU a des formats de concerts très variés, quel est ton préféré ?
J’aime beaucoup les concerts participatifs, le fait d’échanger et d’accueillir les gens. Mais je préfère quand même les soirs de concert où nous nous produisons a capella ou avec l’Orchestre. Ça nous permet de mettre en relation tout ce que nous avons appris et de donner le meilleur de nous-mêmes pour faire plaisir au chef et au public venu pour nous écouter.

Comment vois-tu ton avenir professionnel ?
Je ne sais pas concrètement pour l’instant. J’ai envie de continuer de chanter et de jouer de la guitare. Mon séjour à Barcelone me permettra peut-être de savoir vraiment ce que je veux faire. J’ai songé un peu à l’enseignement, à l’idée de transmettre la musique aux plus jeunes, ou bien je me dirigerai peut-être vers la gestion de la musique.

Le voir en concert

Mercredi 10 mai 2017 | Auditorium | Centre Clignancourt
Vendredi 12 mai 2017 | Grand Amphithéâtre | Sorbonne

 

En savoir plus