Avant-concert en présence de Xu Yi : création de Chant des muses

Animé par la musicologue Lin-Ni Liao, un avant-concert en présence de la compositrice Xu Yi aura lieu à 19h mardi 15 mars prochain autour de la création de Chant des muses par le Chœur & Orchestre Sorbonne Universités (avant-concert gratuit, sur inscription obligatoire | informations et billetterie du concert).

Biographie

Xu Yi étudie le Erhu (violon chinois) et la composition au Conservatoire de Shanghai. À 22 ans, elle devient professeur dans ce même conservatoire. Elle arrive en France en 1988 et suit le cursus de composition et informatique musicale à l’Ircam (1990-91). Elle complète sa formation au Conservatoire de Paris,  auprès d’Ivo Malec et de Gérard Grisey, dont l’influence spectrale résonnera notamment dans Da Gui (1999), œuvre à sa mémoire. Elle obtient en 1994 un premier prix de composition.
Première compositrice chinoise à la Villa Médicis (1996-98), elle est nommée professeur de composition au Conservatoire de Cergy-Pontoise (2001-2003), puis professeur éminent au Conservatoire de Shanghai (2005-2010). Elle vit actuellement en France et professeur éminent au Conservatoire de Wuhan.
Compositrice de plus de 40 œuvres, elle reçoit des commandes de l'État français, de Radio France,
de nombreux festivals et ensembles en France, en Chine, en Angleterre, en Suisse, en Italie,
aux États-Unis ; ses œuvres sont jouées à travers le monde.
Dans sa musique, l'Orient et l'Occident se rencontrent et s'épaulent (Huntun,1994; Le plein du vide,1997, œuvre sélectionnée pour l’épreuve du baccalauréat 2006 et 2007; Voyage intérieur, 2002; 1+1=3, 2004 ), tout comme les nouvelles technologies (instruments amplifiés, mise en espace) et les instruments traditionnels (Crue d’automne, 1999;  Tempête sur l'Asie, 2001; Guo Feng, 2007) ou les traditions poétiques, théâtrales et lyriques (Le roi des arbres, 1993; Dialogue d'amour, 2000; Le ciel brule, 2010; Joie du ciel, 2012 ; Wu Zeitan, Impératrice entre ciel et terre, 2013). L'ensemble de son œuvre atteint une cohérence forte, expressive et sensible.

                                                                                                                                          Martin Laliberté

© Anne Douard